Mon compte
Les discriminations liées à l'âge au travail

Les discriminations liées à l'âge au travail

Les discriminations liées à l'âge sont-elles fréquentes ? Notre étude, effectuée sur 2000 professionnels, tente d'obtenir une réponse claire et les diverses opinions sur le sujet.

Timothé Ameline
Timothé Ameline
Rédacteur expert en recrutement

La peine encourue par une entreprise qui licencie un employé pour son âge est sérieuse, plusieurs dizaines de milliers d’euros. Et le licenciement est considéré nul.

 

En faisant ce genre de chose, une entreprise est punie autant dans son capital que dans sa réputation. Et pourtant, les discriminations liées à l’âge semblent encore bien pratiquées.

 

Mais, à quel point et à quelle fréquence ?

 

D’après notre enquête, presque la moitié des gens pensent avoir été victimes de discriminations liées à l’âge, d’âgisme.

 

Mais ce n’est pas tout. Lisez la suite pour constater toutes nos découvertes sur le sujet.

 

Comment l’âgisme prend forme au travail

 

Nous avons examiné les attitudes et opinions de 2000 personnes à propos des discriminations liées à l’âge. L’enquête a démontré que 47% des gens estiment avoir déjà subi l’âgisme.

 

4 sondés sur 10 ont également été témoins de ces discriminations.

 

Pour ces témoins et victimes, quelles formes ces discriminations ont-elles prises ?

 

discriminations agisme

 

En premier, on remarque que c’est de se voir refuser un poste du fait de son âge. 47% pensent que leur âge a été le critère déterminant du refus. 40% l’ont d’ailleurs remarqué, sans en être les victimes directes.

 

Un des sondés a répondu ainsi : “Les employeurs savent que j’ai plus de 50 ans et ne veulent pas m’embaucher car ils me voient comme un risque. Ils préfèrent quelqu’un avec un diplôme frais plutôt que mes 25 ans d’expérience dans le domaine. J’ai encore au moins 10 ans de carrière devant moi, mais on dirait qu’ils veulent tous se débarrasser des plus de 50 ans, comme si je pouvais déjà prendre ma retraite.”

 

En plus des réponses individuelles de ce genre, voici les chiffres pour ceux ayant vu ou subi l’âgisme.

 

Top des conséquences de l’âgisme :

 

  1. Ne pas avoir eu le poste – 47%
  2. Ne pas avoir eu d’entretien – 39%
  3. Ne pas avoir reçu de promotion – 32%
  4. Ne pas avoir pu postuler – 19%
  5. Avoir été licencié injustement – 17%

 

Top des discriminations vues par les témoins d’âgisme :

 

  1. Un candidat ayant été refusé pour un job – 40%
  2. Un employé licencié pour son âge – 34%
  3. Un employé ayant été ignoré pour une promotion – 30%
  4. Un candidat non invité pour un entretien – 27%
  5. Un candidat ne pouvait même pas postuler – 19%

 

En plus de tout cela, 4 sondés sur 10 pensent ne pas pouvoir être promus à mesure que leur âge progresse. Les plus inquiets sont les baby-boomers (51%).

 

Mais les jeunes générations ne sont pas épargnées par l’inquiétude quant à l’avenir de leur carrière.

 

3 millénariaux sur 10 (génération Y, nés entre 84 et 96) ont peur que leurs compétences professionnelles deviennent obsolètes avec le temps. Ils ont ainsi peur de perdre leur travail sous peu. 32% des baby-boomers ressentent la même chose.

 

Comment les employeurs seront-ils en mesure d’écarter les plus anciens ?

 

Avec un simple coup d’oeil à leur CV :

  • 31% des millénariaux ont peur que leur CV trahisse leur âge et soit la cause des refus des employeurs.
  • 48% des baby-boomers partagent la même inquiétude.
  • 47% des millénariaux trouvent qu’il est difficile de créer un CV (pour 36% des baby-boomers).

 

L’âgisme au quotidien dans la société contemporaine

 

L’âgisme fait malheureusement partie intégrante du monde du travail de nos jours.

 

Mais peut-on en dire autant pour la société en général ?

 

D’après notre enquête, c’est le cas.

 

Si vous avez plus de 50 ans, la société semble vous regarder de haut… (selon 47% des sondés).

 

Pire, le genre semble s’ajouter à l’âge. 56% des sondés estiment qu’à partir de 50 ans, les femmes sont perçues plus négativement que les hommes.

 

Cela n’est donc pas étonnant que l’âge auquel on commence à subir des discriminations soit plus bas pour les femmes que les hommes (37 contre 41).

 

Bien que la majorité des gens soient atteints par ce phénomène, ou en soient témoins, seul un tiers admet avoir jugé quelqu’un négativement à cause de son âge.

 

Enfin, 30% des gens estiment toutefois que l’âgisme ne devrait pas être vu comme une discrimination, tandis que la loi dit le contraire.

 

Conclusion et points à retenir

 

Récapitulons ce que nous avons appris :

  • La moitié des sondés estiment avoir été victimes de discriminations liées à l’âge au travail.
  • Ne pas avoir eu un poste est la raison principale pour laquelle les gens se sont sentis discriminés à cause de leur âge (47% des sondés).
  • 56% des sondés pensent que les femmes sont plus discriminées que les hommes après 50 ans.
  • Trois millénariaux sur 10 (ou génération Y) ont peur que leurs compétences deviennent obsolètes et de perdre leur job d’ici 5 ans.
Notez mon article: discriminations agisme
Moyenne: 5 (1 votes)
Merci d'avoir donné votre avis
Timothé Ameline
Timothé Ameline
Timothé Ameline est un rédacteur mettant au service de Zety son expertise en recherche d'emploi et création de CV. L'objectif de Timothé est de fournir des conseils de premier ordre à tous les demandeurs d'emploi en quête de leur prochain job de rêve. Ses guides vous aideront à rédiger des CV et lettres de motivation d'exception.

Articles Similaires