Mon compte
Mentir sur son CV : faut-il s'inventer diplômes et expériences ?

Mentir sur son CV : faut-il s'inventer diplômes et expériences ?

Remplir son CV à la tête de l'employeur ? Une banalité. Sauf que les risques sont importants et qu'il n'est au final pas si difficile de rédiger un CV honnête et efficace.

Laura Maschio
Laura Maschio
Rédactrice experte en ressources humaines

Pas le bon diplôme, des trous un peu trop longs pour faire sérieux, pas d’expérience ou, au contraire, le sentiment d’être surqualifié pour un poste… 

 

Parfois, il est légitime de penser que son CV n’est juste pas assez bon. 

 

Un petit mensonge habilement placé permettrait de faire passer la pilule plus facilement. Ni vu ni connu. 

 

Sauf que si vous vous faites prendre (et il y a fort à parier que ce sera le cas), c’est la porte ! 

 

Ce guide vous présente objectivement les risques à mentir sur son CV… et aussi les cas où cela semble tentant. Surtout, nous vous expliquons comment rendre votre CV si efficace que le mensonge devient totalement inutile. 

 

C’est parti ! 

 

Vous souhaitez gagner du temps et créer votre CV en 5 minutes ? Essayez notre créateur de CV en ligne. C’est rapide, facile, pratique et 100% personnalisable. 18 modèles de CV professionnels à remplir ici.

 

qualite cv
qualite cv

Modèle de CV créé à partir de notre designer de CV — Découvrez notre créateur de CV ici.

 

Vous êtes en pleine candidature et préféreriez ne pas avoir à mentir sur votre CV ? Excellente initiative ! Nos guides complets vous aident à créer votre dossier de candidature facilement et rapidement, dans les règles de l’art. 

 

1. Mentir sur son CV : un passage obligé ? 

 

À première vue, mentir sur son CV pourrait passer comme une option de dernier recours, un outil à n’utiliser que le dos au mur, lorsque trouver un emploi devient particulièrement urgent. Que nenni, les CV “améliorés” représenteraient jusqu’à 65% de la totalité des CV envoyés à un cabinet de recrutement. 

 

La pratique est donc courante, mais est-elle réellement utile ? Rien de moins sûr puisque, si gonfler ses expériences professionnelles ou ses diplômes peut déjouer le filtre des logiciels ATS (ces robots qui trient les CV pour les entreprises), n’importe quel RH un tant soit peu attentif remarquera rapidement la supercherie. Et si, par chance (miracle ?), cela vous permet de signer un contrat, c’est votre nouvel employeur qui pourrait bien ne jamais valider votre période d’essai. 

 

D’ailleurs, quels sont les risques réels du CV mensonger ? 

 

2. Risques à mentir sur son CV

 

Mentir sur son CV est si tentant que même les personnages publics s’y essaient. C’est le cas par exemple de Rachida Dati, ancienne Garde des Sceaux. Dans son cas, son “mensonge” lui a peut-être permis d’intégrer plus facilement l’École nationale de la magistrature... en contrepartie d’une image salie, d’une perte de confiance de certains électeurs et d’un mini scandale médiatique. 

 

Est-ce que le jeu en valait la chandelle ? C’est à chacun d’en juger. N’empêche que l’exercice est rarement sans conséquences...

 

Plus généralement, voyons quels sont les risques courants à mentir sur son CV. 

 

Risques juridiques

 

Le risque majeur serait évidemment d’avoir à se confronter à la justice. Heureusement, pas de procès ou de contravention à craindre dans la très grande majorité des cas. En effet, pour la justice française, l’employeur ou futur employeur est en droit (comprenez “a la responsabilité”) de vérifier les informations fournies par un-e candidat-e. En d’autres termes, s’il ne se rend pas compte du mensonge, tant pis pour lui ! 

 

Cette absence de risques juridiques pour les “petits” mensonges ne devrait pas pour autant vous encourager…  

Conseil d’expert
Attention toutefois, falsifier un diplôme ou exercer un métier pour lequel un diplôme est obligatoire sans l’avoir obtenu peut entraîner de lourdes conséquences légales. Le faux et l’usage de faux est en effet considéré comme un délit ! 

Risques professionnels

 

Lorsque l’on ment sur un CV, soyons (cette fois-ci) honnête, c’est avant tout pour donner un coup de boost à sa carrière. Et c’est là bien le problème : les risques professionnels sont conséquents ! 

 

Citons notamment, du moins au plus contraignant : 

  • Embauche d’un-e autre candidat-e, 
  • Rupture de contrat avant la fin de la période d’essai, 
  • Licenciement, 
  • Éviction des listes des agences de recrutement, 
  • Mauvaise réputation dans la profession toute entière. 

 

Toujours pas découragé(e) ? Vous voudrez peut-être en savoir plus sur comment mentir sur un CV. 

 

Lorsque vous faites votre CV avec le logiciel de création de CV de Zety, vous n’avez qu’à glisser-déposer les éléments à votre guise (compétences, expériences…). Il y a même un correcteur orthographique pour un CV sans fautes. Commencez la création de votre CV ici.

Quand vous aurez terminé, le designer de CV en ligne Zety jaugera votre CV et vous permettra de savoir exactement quoi améliorer pour un CV encore meilleur.

 

3. Comment mentir sur son CV ? 

 

Ne. Mentez. Pas. Sur. Votre. Cv. 

 

Au cas où ce ne serait toujours pas clair, les risques sont bien supérieurs aux avantages. Le mieux est donc d’être honnête et de jouer la transparence. 

 

Néanmoins, si certains mensonges sont généralement éliminatoires (connaissances techniques et compétences notamment), d’autres peuvent être considérés comme acceptables. Encore une fois, c’est un coup de poker qui n’est évidemment pas recommandé...

 

Attrape-moi si tu peux

 

Un bon menteur est un menteur qui apporte suffisamment d’éléments véridiques et vérifiables pour ne pas attirer l’attention sur la partie ajoutée ou enjolivée. Règle numéro un donc : ne jamais mentir sur la totalité ou la majorité des informations ! 

 

Il est tout aussi suicidaire de mentir sur des données très facilement vérifiables comme l’obtention d’un diplôme (l’employeur peut vous demander des copies certifiées) ou une expérience professionnelle fantasmée (il peut appeler votre soi-disant ancien employeur). 

 

Enfin, ne prétendez pas pouvoir être indépendant(e) sur le poste si l’employeur peut se rendre compte en quelques jours à peine que vous êtes totalement largué(e) et ne savez pas par quel bout attaquer l’ouvrage. Il s’agit certes d’une évidence, mais enfoncer une porte ouverte ne fait de mal à personne ! 

 

En dehors des “gros” mensonges, il existe cependant quelques cas où une omission n’est pas forcément la pire idée au monde. 

 

Dans quels cas envisager le mensonge par omission ? 

 

Souffler n’est pas jouer. Oublier n’est pas forcément non plus mentir. C’est le cas notamment en ce qui concerne des éléments qui pourraient voir votre dossier écarté pour cause de discrimination. Ce peut être le cas de votre origine, un éventuel handicap, votre aspect physique et même de votre lieu de résidence ! 

 

L’idée du CV anonyme a été abandonnée en France. Cela n’évite malheureusement pas les inégalités. Ne pas communiquer sur votre statut de travailleur handicapé, ne pas mettre de photo de CV (par ailleurs pas obligatoire) ou rester flou(e) sur votre âge est donc envisageable, surtout si vous avez déjà été victime de discrimination. Cela ne vous évitera pas de tomber sur des recruteurs peu scrupuleux lors de l’entretien, mais permettra peut-être de faire tomber certains préjugés une fois votre dossier de candidature lu pour ce qu’il est réellement. 

 

Reste à savoir si trouver un travail dans une entreprise qui s’arrête à de tels critères est une option… 

 

Dans une perspective plus positive, voyons au contraire comment ne pas avoir à mentir sur votre CV, l’option à systématiquement privilégier ! 

 

4. Cinq astuces pour ne pas avoir à mentir sur votre CV

 

Le besoin de mentir/enjoliver/valoriser son CV ne se fait ressentir que lorsque l’on sait pertinemment que notre profil ne correspond pas suffisamment à l’offre d’emploi. 

 

Vous voulez un scoop ? La plupart des offres d’emplois décrivent le candidat idéal dans le meilleur des mondes, pas celui que l’entreprise espère réellement trouver. Dans la majorité des cas, le recruteur invite pour un entretien d’embauche bon nombre de candidats qui ne satisfont pas toutes les conditions. 

 

Et si c’est vrai pour les autres, c’est également vrai pour vous. Voyons comment pallier les manques de votre CV plutôt que de remplir les trous avec de la poudre aux yeux. 

 

Mettez le paquet sur vos soft skills

 

Vous manquez de compétences pour le job ? Le manque de savoir-faire ne veut pas dire que vous n’avez pas le bon caractère. La preuve est que la plupart des recruteurs privilégient les soft skills (vos compétences comportementales) plutôt que votre savoir-faire technique (les hard skills). 

 

De nombreuses entreprises sont ainsi prêtes à embaucher un débutant s’il arrive à montrer qu’il apprend vite, a l’esprit d’équipe et un bon sens relationnel. Ces qualités sont bien plus longues et difficiles à acquérir que la maîtrise d’un logiciel ou autre savoir-faire technique. Voici tout ce qu’il y a à savoir sur les qualités sur un CV.

 

Vous pouvez (devez) également prouver vos compétences grâce à des expériences acquises en dehors du travail ou des bancs de l’école. 

 

Utilisez votre parcours personnel pour prouver vos compétences

 

Vous débutez ou changez de voie, bref, vous n’avez pas d’expérience ? Cela ne vous interdit pas de répondre honnêtement aux offres d’emploi. Vos centres d’intérêts sur le CV, une éventuelle vie associative, des voyages à l’étranger : tout est bon pour montrer que vous serez un bon élément.

 

Être capitaine de l’équipe de foot en dit plus sur votre esprit d’équipe que la plupart des diplômes. Un échange d’un semestre à Chicago équivaut certainement à un bon score au TOEIC pour un recruteur. 

 

On peut être malin sans sortir de gros mensonges… même avec des trous dans son CV ! 

 

Tirez avantage des trous dans votre CV

 

Ah les trous dans le CV. Plus ils sont profonds et plus ils font peur aux candidats. C’est bien normal, mais ne justifie toujours pas de se payer la tête d’un recruteur. Alors faut-il avouer que vous avez passé les six derniers mois à binge-watcher Stranger things ? Sûrement pas, l’honnêteté a, elle aussi, ses limites. 

 

Par contre, il est plus que justifié de remplir ce vilain trou en parlant des compétences acquises ou renforcées pendant cette période (cours, autoformation, bénévolat, vie associative). Prévoyez en plus une ligne d’explication dans votre lettre de motivation et vous êtes paré(e) ! Dans le cas d’arrêts longue durée (problème de santé, pause pour s’occuper de votre famille), la sobriété est de rigueur : inutile de rentrer dans les détails, mais le mentionner ne doit en aucun cas être une honte.

 

Dans tous les cas, mettez le paquet sur vos points forts plutôt que vos faiblesses. 

Conseil d’expert
Ne vous tracassez pas trop avec un ou deux trous de six mois ou moins, personne ne vous en tiendra rigueur. Au-delà, si votre CV semble trop dépareillé, vous pouvez oser l’originalité et vous tourner vers un CV par compétences, qui permet d’éviter la traditionnelle rubrique expériences. Si votre métier est créatif, un CV vidéo peut également être une bonne idée. 

Profitez de l’accroche de votre CV pour appuyer vos points forts

 

Le CV est un document qui ne laisse que peu de place aux explications. C’est bien souvent pour cela que les chercheurs d’emploi le redoutent. Une rubrique en particulier permet pourtant d’en dire en peu plus. Il s’agit de la phrase d’accroche de CV, ou tout simplement la section “à propos de moi”. Vous disposez alors d’un court paragraphe pour indiquer au recruteur ce que vous souhaitez vraiment qu’il retienne de votre profil. C’est l’occasion parfaite pour mettre en valeur vos points forts. 

 

Évitez ici de mentionner les points faibles de votre CV. Cela vous évite de mentir et, au besoin, la lettre de motivation est là pour aller dans le détail. Vous pouvez par contre profiter de l’espace pour prouver votre proactivité. 

 

Prouvez votre proactivité

 

Vous postulez comme assistante de direction bilingue mais n’avez qu’un niveau d’anglais moyen ? Indiquez votre niveau actuel, en ajoutant que vous prenez des cours particuliers qui vous amèneront au niveau C1 d’ici à la fin de l’année. Si et seulement si vous êtes effectivement inscrit(e) à des cours, cela va de soi. Tout cours, coaching ou formation en autodidacte est bonne à mentionner si elle vous permet de devenir un(e) meilleur(e) professionnel(le). 

 

Quoi de mieux qu’une lettre de motivation qui accompagne parfaitement votre CV ? Vous pouvez créer votre lettre de motivation en ligne ici, à partir du même modèle que votre CV. Voici à quoi votre candidature pourrait ressembler :

 

cv et lettre de motivation

Voir plus de modèles pour lettre de motivation et commencer à rédiger la vôtre

 

Pour conclure

 

Vous l’aurez compris, mentir sur son CV est une très mauvaise idée. 

 

Plutôt que de vous faire passer pour quelqu’un que vous n’êtes pas, tout ce qu’il vous faut est un peu plus de confiance en vous et vos capacités. Mentir vous fait prendre des risques difficiles à calculer, qui peuvent vous causer plus de tort que réellement vous aider. Concentrez-vous plutôt sur vos points forts et rédigez un dossier de candidature digne de ce nom ! 

 

Rangez donc vos mensonges au placard et rédigez un CV en bonne et due forme. Vous vous rapprocherez à chaque rubrique rédigée honnêtement de l’entretien d’embauche ! 

 

Vous avez des questions ? Vous vous demandez si votre cas particulier justifie un petit mensonge sur votre CV ? Faites-nous part de vos doutes en commentaire. Nous vous répondrons rapidement pour vous apporter des conseils complémentaires. 

Notez mon article: mentir cv
Moyenne: 5 (2 votes)
Merci d'avoir donné votre avis
Laura Maschio
Laura Maschio
Laura Maschio est spécialiste de la communication écrite et visuelle. Son objectif avec Zety ? Permettre aux demandeurs d’emploi de décrocher plus facilement des entretiens, puis les postes auxquels ils postulent. Comment ? En les aidant à rédiger des CV et lettres de motivation dont les messages convaincront directement les recruteurs.

Articles Similaires